Guacamelee

Les jeux indépendants se bousculent et il est parfois complexe de choisir celui qui vous conviendra et vous entraînera dans une grande aventure. Le titre de Drinkbox Studios fait parti de ceux là.
Guacamelee! Super Turbo Championship Edition est une grande réussite, mêlant habilement action et plates-formes.
Ce test est dédié à tous ceux qui souhaiteraient élargir leur horizon vidéoludique, en découvrant une œuvre de caractère, en 2D, loin des super-productions.
¡ Vamos señor, señoras y señoritas !

L’histoire d’un muchacho devenu luchador

Juan, un paysan mexicain qui se réveille la tête dans le pâté, doit participer à la fête de son village. Mais un illustre inconnu, Carlos Calaca, crâne et côtes apparentes, attaque la bourgade et enlève la fille d’El Presidente, l’amoureuse de notre protagoniste.
Grâce au masque de luchador, Juan va se transformer en combattant hors-pair, afin de sauver sa demoiselle en détresse et par la même occasion le royaume des hommes.
Un voyage entre le monde des vivants et celui des morts vous attend, dans le pur style des Noces Funèbres de Tim Burton, ambiance sombrero et muy calor en plus.

Jeu d’action style beat’em all et plateformer ultra précis, Guacamelee suit le genre du Metroidvania avec respect, référence et révérence.
Vous traverserez divers environnements, jungle, village, désert, cime d’un arbre géant et dangereux temples. Au programme, des ennemis de plus en plus coriace à désosser, des boss assez géniaux et des pièges à s’arracher les cheveux.
Mais Juan, notre luchador favori, sera aidé par Tostada, une catcheuse de l’au-delà, et un vieillard se transformant en chèvre…
Objectif; empêcher le méchant Carlos Calada de régner.

001guacamelee-playstation-3-ps3-1366126256-035002guacamelee-super-turbo-championship-edition-wii-u-wiiu-1394134188-004003guacamelee-playstation-3-ps3-1366126256-038

Super Turbo, super techniques

Au début, le luchador ne maîtrise qu’un petit combo de coups de poings et quelques prises au corps à corps. Mais progressivement, Juan va gagner en puissance en débloquant de nouvelles capacités. Uppercut rougeoyant, coup de boule d’un éclat jaune, charge au sol verte pétillante… ces attaques spéciales débloqueront l’accès à de nouvelles zones, en détruisant les blocs de la couleur correspondante, et accroîtront vos techniques de combat.
Chaque capacité est gardée dans une boule colorée, déposée entre les mains d’une statue rappelant les Chozos de la série Metroid.

Une forme de furie, l’Intenso, sera aussi disponible et vous permettra de frapper plus fort pendant un certain laps de temps.
Vous pourrez même vous transformer en poule, afin de vous faufiler dans d’étroits couloirs, façon boule morphing.

Le plaisir de la progression est indéniable, mis en avant par des objectifs clairs et une carte plutôt précise.
Ce bonheur de la découverte et de l’escalade en force est agrémenté de touches d’humour délectables, que ce soit dans les dialogues ou dans les nombreux clins d’oeil à d’autres jeux phares.
Et puis il faut avouer que visuellement, Guacamelee est très joli, alternant avec brio les ambiances et les teintes de couleurs.

004guacamelee-gold-edition-mac-1392753109-002005guacamelee-playstation-3-ps3-1366126256-051006guacamelee-super-turbo-championship-edition-xbox-360-1394134186-003

Le guacamole qui arrache !

Cela dit, malgré sa progression maîtrisée et son style alléchant, il aurait manqué quelque chose à Guacamelee pour devenir un incontournable. Une touche d’innovation.
Et cette touche, on l’obtient dès lors que l’on peut passer d’un monde à l’autre. Ceux des vivants et des morts sont séparés, mais pourtant intimement liés.
Au milieu de l’aventure, vous pourrez passer de l’un à l’autre comme bon vous semblera, instantanément.
Cela vous permettra bien entendu de résoudre des énigmes et de remplir quelques quêtes annexes, mais surtout d’échapper aux terribles pièges du level design.

Level design qui pour le coup se veut malin et diabolique. Pas le droit à l’erreur ici, certains éléments du décor (pics, lave) vous tuant en un coup. Cette progression par l’échec n’est pas sans rappeler Super Meat Boy par moment.
A la limite de la frustration parfois, le jeu vous demandera un timing et une précision chirurgicale lors de certains passages vraiment épicés.
Gérer le rebond contre les murs, le double saut et le changement de dimension en même temps sera indispensable dans le dernier quart du jeu.
La difficulté vous salue, mais le plaisir de la réussite en est d’autant plus gratifiant.
Et puis les checkpoints sont assez nombreux et relativement bien placés, ce qui évite de jeter sa manette par la fenêtre.

007guacamelee-super-turbo-championship-edition-playstation-4-ps4-1394134183-007008guacamelee-playstation-3-ps3-1389724898-072009guacamelee-super-turbo-championship-edition-playstation-4-ps4-1394134183-006

Une tortilla de défis

Pour un jeu à 15€, l’une des questions sur les lèvres est celle de la durée de vie.
Et là encore, Guacamelee s’en tire avec les honneurs. Une dizaine d’heures sera nécessaire pour boucler l’aventure, mais mettez en cinq de plus pour débloquer tous les items cachés. Ces derniers améliorent votre vie, endurance ou la durée de la forme Intenso, et vous aurez de quoi faire pour tout dénicher.
Il y a aussi toute une ribambelle de compétences à acheter, afin d’augmenter la puissance de vos coups, le temps de rechargement de vos attaques spéciales, etc… Des costumes sont aussi à débloquer, aux attributs particuliers. Le costume de poulet par exemple régénère votre santé au fil du temps.

Des défis spéciaux, à la difficulté progressive, sont à relever dans le monde caché, sobrement nommé El Inferno. Le diable y a été transformé en poule, suite à un malencontreux accord avec Carlos. En fonction de vos performances, vous pourrez obtenir des médailles de bronze, d’argent et d’or et débloquer diverses récompenses.

010guacamelee-playstation-vita-1338453105-007011guacamelee-super-turbo-championship-edition-playstation-4-ps4-1394134183-002012guacamelee-playstation-3-ps3-1366126256-039

Un amour de luchador

Avec son titre à rallonge, Guacamelee Super Turbo Championship Edition est un jeu délicieux.
Ambiance graphique détaillée, humour appréciable, gameplay fin, précis et dynamique, durée de vie correcte… Il n’y a que les musiques qui sont un peu en-dessous du reste; sympathiques, mais loin d’être mémorables.
Malgré ses innombrables influences dans le genre, le soft de Drinkbox Studios se démarque par un look atypique et une ambiance personnelle.
Un jeu à découvrir prestement, et à partager ! On peut même le parcourir en co-op local alors ne vous privez pas.
¡ Intenso !

Guacamelee! Super Turbo Championship Edition

Guacamelee! Super Turbo Championship Edition

Les plus
  • Graphismes travaillés
  • Gameplay qui a du répondant
  • Level design diabolique
  • Boss excitants
  • Références jubilatoires
Les moins
  • Musiques un peu en déça
  • Exécution parfois trop ardue
8 10